Sans microtechnique, pas de jeux olympiques ☀️ Login Exposant
31.10.2023 Informations générales J - Entreprises de services

Orchestration asynchrone des agents au MicroLean Lab.

Voyage de presse SIAMS 2023 - Reportage #4 de notre envoyé spécial.

La quatrième étape du voyage est une étape un peu plus prospective puisque nous visitons le MicroLean Lab de la Haute Ecole Arc. Si ce prototype de micro-usine ne sera pas sur le marché demain matin, de nombreuses entreprises sont partenaires du projet et ont bien l’intention de transformer graduellement leur outil de production pour mettre en place des micro-usines.


Retour à l’école pour la presse participante au voyage de SIAMS. Au premier plan à gauche, Florian Serex attentif à la présentation de Nabil Ouerhani.

Penser au futur
Pour commencer le voyage dans le futur, le professeur Nabil Ouerhani, directeur adjoint / responsable Ra&D et formation continue ainsi que responsable du groupe Technologies d’interaction présente la force de développement de l’école et explique : "Avec environ 400 étudiants et 140 collaborateurs actifs dans la Ra&D , la HE-Arc est un pôle de formation important pour le futur de l’ensemble de l’industrie de l’Arc jurassien et plus globalement de l’industrie microtechnique en Suisse".

Une vision pour l’usinage de demain
Imaginez une sorte d’armoire constituée de "briques technologiques" pouvant communiquer entre elles et qui sont choisies et mises en place en fonction de la pièce à réaliser. Un horloger qui, par exemple, souhaite réaliser ses kits platine-ponts garnis et décorés doit avoir accès à une micro-usine comprenant neuf briques technologiques (dont du fraisage, de la tribofinition, du décor, du garnissage, etc.). Toutes ces briques sont reliées par une transitique dédiée et supervisées par un système de gestion intelligent.


Le professeur Stéphane Beurret présentant les avantages de la micro-usine.

Pas de brique pour le contrôle ? 
Florian Serex, le professeur en ingénierie horlogère, responsable partenariats et valorisation du MicroLean Lab explique à l’audience captivée que l’étape de contrôle est une perte de temps. C’est la maîtrise du processus qui assure la qualité. Il faut donc faire en sorte que les briques technologiques aient une suffisamment bonne perception de la qualité de leur processus pour garantir que les pièces soient bonnes.

L’intelligence artificielle valide ainsi le process avant que la pièce passe à l’étape suivante. Si la machine n’est pas "consciente en soi", elle doit être "consciente" de la qualité de ce qu’elle produit. Ainsi seules les pièces bonnes passent d’une étape à l’autre selon une orchestration asynchrone. C'est une gestion intelligente. Ce n’est plus la programmation d’un automate qui gère les étapes de production, mais bien les événements qui se présentent. La micro-usine s’adapte en permanence à la situation.

Vous vous posez des questions sur le futur de l’usinage ? Vous êtes au bon endroit !

A découvrir au SIAMS 2024 à Moutier du 16 au 19 avril 2024 et en tout temps sur https://microleanlab.ch/


Commentaires

Nouveau commentaire

L'adresse est utilisée pour valider votre identité.