Login
17.01.2018 #bepog K - Organisations

Les partenaires du projet #bepog se rencontrent pour parler impression 3D

22 imprimantes 3D ont été installées dans les écoles secondaires des quatre cantons de l’Arc jurassien. Utilisateurs, professeurs, partenaires du projet « Imprimante 3D dans les écoles avec #bepog » et intéressés se sont réunis afin mieux faire connaissance entre les différents acteurs et échanger autour de l’impression 3D et de la formation de la relève dans les métiers techniques.

C’est notamment en présente de la Conseillère d’Etat en charge de la formation du Canton de Neuchâtel, Madame Monika Maire-Hefti que les partenaires et les invités ont pu dialoguer autour de ce projet qui vise à équiper les écoles d’imprimantes 3D. 

"Des imprimantes 3D ont fait leur entrée dans 14 écoles de notre canton", s’est réjouie la Conseillère d’Etat Monika Maire-Hefti mardi lors d’une rencontre entre partenaires du projet #bepog à la He-Arc. Ici à l'image avec une partie des responsables de son équipe.

Découvrir la technique de manière ludique 
Cette rencontre s’est déroulée au cœur même de la He-Arc à Neuchâtel. Plusieurs intervenants, tous parties prenantes du projet, ont ainsi pu discuter des technologies additives et de l’importance de maitriser ces nouveaux concepts dès l’école obligatoire déjà. Le professeur à l’école secondaire du Locle, Jean-Michel Lüthi, utilisateur avec ses élèves, relève l’intérêt des étudiants et leur curiosité à utiliser ces nouvelles machines. Il explique notamment «Le développement et les possibilités de réalisations infinies motive les jeunes, les champs d’applications sont tellement vastes que chacun y trouve son intérêt et ses propres applications».   


Lors de sa présentation Gaëtan Bussy, un des managers du FabLab de Neuchâtel explique que si les machines semblent rudimentaires, le fait de les construire permet aux enseignants de les maîtriser de A à Z.

Une vingtaine d’écoles équipées… pour commencer !
Depuis 2016, une vingtaine d’écoles des cantons de Neuchâtel, Berne, Jura et Vaud possèdent leur propre imprimante. Celles-ci sont mises en place dans le cadre du projet #bepog et financées par des entreprises partenaires conscientes de l’importance de la relève dans les métiers techniques. Une formation spécifique est dispensée par le Fablab de Neuchâtel sur l’utilisation de la machine et d’un logiciel de modélisation. Elle est destinée aux enseignants et adaptée à leurs besoins. Un module pédagogique comprenant les exercices destinés aux élèves complète le tableau. Ainsi les enseignants disposent directement d’un outil et des ressources pédagogiques y associées. 


Les enseignants et leurs élèves rivalisent d'ingéniosité dans la conception et la production de pièces 3D. Ici un haut parleur pour téléphone portable.

#bepog : des actions pour faire découvrir les métiers techniques aux jeunes de l’Arc jurassien  
L’industrie Suisse enregistre un manque d’effectifs qualifiés de plus en plus important, notamment dû aux départs à la retraites et au manque d’intérêt que portent les jeunes aux métiers techniques. Le projet #bepog porté par FAJI SA sous l’égide d’arcjurassien.ch vise à répondre à cette problématique constatée par les autorités politiques des cantons de Neuchâtel, Jura, Berne et Vaud. L’initiative «imprimante 3D dans les écoles» est une des mesures concrètes de ce projet qui ambitionne de revaloriser les métiers techniques envers les jeunes, leurs parents, les enseignants et plus globalement dans le grand public.  

Ambiance studieuse pour la cinquantaine de participants à la rencontre "Des imprimantes 3D dans les écoles".

Imprimantes 3D : un projet d’envergure 
A ce jour une vingtaine d’imprimantes ont été installées et les objectifs des initiateurs du projet est de doubler ce nombre dans l’année à venir. « Bien entendu nous ne forçons personne à installer une machine. Nous espérons que les imprimantes déjà installées et les enseignants déjà formés donnent envie aux autres. En ce qui concerne les partenaires, nous sommes toujours à la recherche d’entreprises intéressées à la relève et d’accord de s’engager financièrement » explique Pierre-Yves Kohler, responsable de la mise en place du projet #bepog sur l’Arc jurassien. Il conclut : «Je tiens à remercier tout particulièrement les entreprises et les institutions qui soutiennent déjà le projet, sans elles nous n’aurions rien pu faire». 

Image: Lors de sa présentation, Philippe Grize, directeur de la HE-Arc ingénierie explique que les "idées à imprimer" d'aujourd'hui son la suite logique des paysan horloger d'alors. Il ajoute que  grâce à son ADN, notre région a un rôle capital à jouer dans l'avenir de la "Suisse industrielle".



Commentaires

Nouveau commentaire

L'adresse est utilisée pour valider votre identité.